DISTINGUER LES BONNES ET LES MAUVAISES GRAISSES

C’est un parfois complexe : comment distinguer les bonnes et mauvaises ? Y-a-t-il vraiment du mauvais gras ? Tout est question d’équilibre 😉



C'est parti pour une fiche récap


> Les graisses insaturées : omégas 3, 6 & 9

Leur rôle est de fournir de l’énergie à l’organisme, elles sont donc essentielles ! La plupart sont apportées par l’alimentation et sont d’origine végétale. On les retrouve beaucoup dans les huiles et les poissons gras. Ces graines sont à privilégier.


🔍 Good to know : notre alimentation est souvent :

  • Riche en oméga 6 : l’huile de tournesol, de maïs, de pépins de raisins et de soja, les viandes maigres, les produits gras transformés

  • Riche en oméga 9 : l’huile d’olive, les noisettes, les amandes et les avocats

  • Carencé en oméga 3 : l’huile de colza et de lin, les fruits à coque, les huiles de noix, les poissons gras (petits poissons bleus : sardines, maquereaux, harengs), le blanc d’oeuf

> Les graisses saturées

Elles résistent bien à la chaleur et sont donc souvent utilisées pour la cuisson. Elles viennent principalement des animaux : la viande, la crème, le beurre, mais aussi dans l’huile de palme et de coco.

Elles sont à consommer avec modération car elles ont pour défaut d’augmenter le «mauvais» cholestérol, et par conséquent augmente le risque d’avoir une maladie cardiovasculaire.

Un conseil : utiliser les graisses végétales plutôt qu’animales.

Aujourd’hui on trouve de l’huile de palme dans beaucoup de produits, et la viande est souvent consommée en grande quantité. L’important n’est pas de totalement bannir les graisses saturées, mais de rééquilibrer la balance entre les différents types de graisses.

Comment ?

En adoptant des réflexes simples, comme l’utilisation d’huile d’olive pour la cuisson, d’huile de colza pour les salades et crudités ou en ajoutant des graines de lin dans son petit déjeuner 🥣